L'université : BientÔt INaccessible

Et hors de portée! 

Pour rendre l’université plus élitiste et difficile à atteindre, le gouvernement ne fait pas qu’hausser les frais, il maintient aussi 5 situations injustes qui rendent l’accès difficile. 

1. Des montants risibles pour se loger et se nourrir 

  • Le système d’Aide financière aux études prévoit qu’un étudiant ou une étudiante peut se nourrir convenablement avec 7$ par jour
  • La plupart des étudiants et des étudiantes dépasse également le seuil prévu pour le paiement de leur loyer.

    Cela cause un désavantage particulier aux étudiants et étudiantes des régions qui doivent souvent quitter le domicile familial pour faire leurs études. 

2. Une contribution parentale qui exclut 

  • L’AFE calcule que les couples gagnants entre 30 000 $ et 60 000 $ par année doivent débourser jusqu’à 6 000 $ pour les études de leur enfant. 
  • Pourtant, près de la moitié de ces ménages ne contribuent pas aux études de leur enfant.

    La contribution parentale médiane de ces ménages est à peine de 3000$.

3. Une allocation spéciale qui favorise l’endettement 

  • Pour les étudiants qui ne reçoivent que des prêts, le gouvernement offre d’augmenter leur endettement de 2 125$ par année, sans tenir compte leur endettement actuel.

    Dans les provinces canadiennes que le Québec veut suivre en exemple, l’endettement étudiant est en moyenne de 25 000$ après un bac, alors qu’au Québec, ce montant se chiffre à 15 000$. 

L’université : bientôt inaccessible (1:41)

4. Des prêts étudiants qui enrichissent les banques 

  • En favorisant l’endettement étudiant, c’est aux institutions financières que le gouvernement fait son plus gros cadeau.
  • En effet, celles-ci prêtent de l’argent à des étudiant et des étudiantes endossés par le gouvernement sans le moindre risque et récoltent des intérêts tant du gouvernement que des étudiant eux-mêmes.
  • En 2008-2009, c’est 80 M$ que le gouvernement a donné aux institutions financières pour couvrir les intérêts des prêts étudiants durant leur période d’étude. En savoir plus

5. Des particuliers au bord du gouffre 

  • Alors que depuis deux ans, le gouvernement s’entête à augmenter les tarifs régressifs, les ménages sont surendettés. 
  • Comment peuvent-ils se sortir de leur situation d’endettement s’ils faut maintenant payer plus pour la santé, l’éducation, l’électricité, etc.

    Au Canada, le taux d’endettement des ménages frise le 150%, c’est-à-dire que pour chaque dollar de revenu les ménages ont 1,50$ de dette.